Satori Osawa | Parfum Satori

 

Satori, born in Tokyo, studied Fragrance Design and Perfumery under Mr. Kenji Maruyama, and has managed her own herb and aromatherapy shop since 1988. Having opened her salon “Parfum Satori” in Tokyo in 2000, she now creates Haute Couture Perfumes, holds seminars and classes, and actively organizes events and joint exhibitions with glass artists and jewelers.

With her experience and profound knowledge in various forms of traditional Japanese art, such as “Kado” (Flower arrangement) and “Sado” (Tea ceremony), which she acquired diplomas for “Shihan”, “Chamei” as well as the art of “Kodo” (Incense ceremony). She creates original perfumes for Japanese clientele. She describes her approach to her fragrances as “Real Oriental”.

 

What was your first encounter with a fragrance?

My first encounter with a fragrance as a scent was when I was 3 years old. I was playing with my brother outside making mud cakes and I somehow decided to pop one in my mouth. The mud cake had a grainy texture and smelled of the sun. My first perfume was Capricci by Nina Ricci given to me by my father when I was 16 years old.

What made you launch Parfum Satori?

Since I was a child, I was very fond of plants and enjoyed creating things myself. This led me to discover the excitement and joy of creating fragrances. I thought the best way for me to create fragrances in my own style was to launch my own brand.

What makes your products so unique?

I think my products are unique because I always try to create something that I like, regardless of whether it is in vogue, or universally pleasing or even whether it will sell. I strive to make only those products that are high quality and something that I consider is good.

Your work is deeply inspired by Japanese culture. Can you describe your creative process?

For me, it is natural to incorporate my knowledge of Japanese culture such as Sado, Ikebana and Kodo to create what I like because that knowledge is very much a part of me. However, although the history of fragrance is long in Japan, perfumery is still quite young, so there was a lot of trial and error before I was able to create a method and style that was best for my work.

 

"I BELIEVE THAT SENSITIVITY IS NURTURED BY BEING EXPOSED TO BEAUTIFUL THINGS." 

 

You are indeed both a Master of Tea and Ikebana. How does your knowledge of those Japanese traditions impact your work as a perfumer?

The act of creation is a reflection of what is within you. I believe that the environment you grow up in and surround yourself in defines who you are. Since I grew up learning the art of tea ceremony and ikebana, I feel it is part of me now. So I think the knowledge of these Japanese traditions is reflected in my work, unconsciously without any effort, because these traditions have built who I am today.

You are also sharing your atelier in Tokyo with your husband, a recognized fine-jewelry craftsman. How have his creations inspired your work?

I believe that sensitivity is nurtured by being exposed to beautiful things such as the special jewelry that my husband creates. The current environment in which I am surrounded by jewelry that is one of a kind in the industry helps me nurture my aesthetic sense that is reflected in my work.

What differentiates Japanese perfumes from others?

I believe that “elegance” in Japan is depicted when one takes a few moments during the day to stop and quickly freshen up and re-apply the perfume. That is why a strong perfume with a long lasting scent is not very popular in Japan. That is why I try to create sensitive perfumes that gradually change their nuances as time goes by.

How would you define the olfactive identity of Japan?

A fragrance that is soft and not assertive and that blends into the environment. When you ask a Japanese person what fragrance they prefer, they would often choose seasonal flowers or those of a citrus type, the green scent of tatami or the smell of rain; any smell that is actually very close to the minute details of their every day life. These scents are what they unconsciously become familiar with while growing up in this country and are tied to the scenery of their memories.

 

*

 

Née à Tokyo, Satori a étudié l’Art de la Parfumerie sous la houlette de M. Kenji Maruyama, tout en gérant son propre magasin d’herbes et d’aromathérapie depuis 1988. Après avoir ouvert son Salon “Parfum Satori” à Tokyo en 2000, elle se consacre aujourd’hui à la création de parfums haut de gamme. En plus d’animer des conférences et de donner des cours sur le parfum, elle organise fréquemment des évènements et des expositions avec des artistes verriers et joailliers.

Grâce à son expérience et à sa profonde connaissance des diverses formes d’art traditionnel Japonais, dont le ‘Kado’ (l’arrangement floral) et le ‘Sado’ (la cérémonie de thé) dont elle a acquis les rangs de ‘Shihan’ et de ‘Chamei’ – ainsi que le ‘Kodo’ (la cérémonie de l’encens), Satori crée des parfums singuliers pour une clientèle Japonaise tout en respectant la conception du “Véritable Orient”.

 

Quelle fut votre première rencontre avec le parfum?

Ma première rencontre avec le parfum remonte à l’âge de 3 ans. Nous jouions avec mon frère à l’extérieur à faire des gâteaux de boue, quand j’ai soudainement décidé d’en mettre un dans ma bouche. La boue avait une texture granuleuse et sentait le soleil. Ma premiere fragrance en tant que telle, était Capricci de Nina Ricci qui m’a été donné par mon père alors que j’avais 16 ans.

Qu’est ce qui vous a donné envie de lancer Parfum Satori?

Depuis que je suis enfant, je me suis toujours beaucoup intéressée aux plantes et j’aimais créer des choses par moi-même. Cela m’a amené naturellement à découvrir le plaisir de la création de parfums. J’ai ensuite pensé que la meilleure façon de créer des fragrances dans mon propre style serait de lancer ma marque éponyme.

Qu’est-ce qui rend vos produits si uniques?

Je pense que mes produits sont uniques car je cherche toujours à créer quelque chose qui me plaît, indépendamment du fait qu’un produit soit en vogue, universellement apprécié ou même s’il se vendra. Je cherche seulement à créer des produits de haute qualité et que je considère comme beaux.

Votre travail est profondément inspiré par la culture japonaise. Pouvez-vous décrire votre processus créatif? 

Pour moi, il est tout naturel d’intégrer ma connaissance de la culture japonaise comme le Sado, l’Ikebana et le Kodo, dans mon processus de création car ces connaissances font partie intégrante de ma personnalité. Bien que l’histoire des parfums est très ancienne au Japon, l’art de la parfumerie est lui encore très jeune, il y a eu donc beaucoup d’essais et d’erreurs avant que je sois en mesure de créer une méthode et un style que j’estimais être le meilleur pour mon travail.

 

"JE TENTE DE CRÉER DES PARFUMS SENSIBLES DONT LES NUANCES CHANGENT PROGRESSIVEMENT, À L’IMAGE DU TEMPS QUI PASSE."

 

Vous êtes d’ailleurs parmi les quelques femmes ayant le titre de maitre de thé et d’Ikebana. Comment les connaissances de ces traditions japonaises influencent-elles votre travail de parfumeur? 

L’acte de création est le reflet de ce qui est en vous. Je crois que l’environnement dans lequel vous grandissait et qui vous entoure définit ce que vous êtes. Depuis que je suis enfant, j’ai grandi en apprenant l’art de l’Ikebana et de la cérémonie du thé, je pense qu’ils font partie de moi dorénavant. Ces traditions japonaises se reflètent dans mon travail, inconsciemment, sans aucun effort, tout simplement parce qu’elles ont construit qui je suis aujourd’hui.

Vous partagez votre atelier de Tokyo avec votre mari, un artiste joaillier largement reconnu. Pensez-vous que ses créations apparaissent aussi comme une de vos sources d’inspiration?  

Je crois que la sensibilité se nourrit en étant exposé à de belles choses, comme les bijoux singuliers que mon mari crée. Mon environnement actuel, entouré de bijoux et pierres précieuses, est unique en son genre dans l’industrie du parfum. Cela aide à nourrir mon sens esthétique qui se reflète sans nul doute dans mon travail.

Qu’est-ce qui fait selon vous l’unicité des parfums japonais?

Je crois que ‘l’élégance’ au Japon est représenté lorsque l’on prend quelques instants pendant la journée pour s’arrêter,  rapidement se rafraîchir et ré-appliquer son parfum. Voilà pourquoi un parfum fort et tenace n’est pas très populaire au Japon. C’est aussi la raison pour laquelle je tente de créer des parfums sensibles dont les nuances changent progressivement, à l’image du temps qui passe.

Comment définiriez-vous l’identité olfactive du Japon? 

Un parfum doux, sans trop d’assurance, qui se fond dans l’environnement. Si vous demandez à n’importe quelle personne japonaise le parfum qu’elle préfère, ils choisiront souvent le parfum des fleurs de saison ou d’un agrume, le parfum vert du tatami ou l’odeur de la pluie; toute odeur qui est en fait très proche de leur vie quotidienne. Des parfums avec lesquels chacun devient inconsciemment familier en grandissant dans ce pays et qui sont intimement liés au paysage de nos souvenirs.

Kavita Khosa | Purearth

Born in India and based in Hong Kong, Kavita Khosa is the founder and creative director of Purearth: a skincare and wellness brand that offers ancient Ayurvedic wisdom for a modern lifestyle. As a former lawyer, she has a strong passion for womens’ rights issues which led to the making of “Slave Brides”, an award winning television documentary on the exploitation of Indian women abroad.

Striving for a holistic lifestyle as a yoga teacher and Vedanta philosophy student, Kavita also established Sachananda Yoga Shala, a non profit yoga school in Hong Kong after obtaining her Diploma in Ayurveda in 2004.

 

What was your first encounter with scent?

I grew up in a house that was adjacent to a temple and the wafting perfume of sandalwood incense is my first memory of scent.

What made you launch Purearth?

I want to impact social change by supporting livelihoods and empowering women through fair trade not aid.

Describe Purearth in 3 words:

Equal. Ecological. Ethical.

Can you tell us more about who are these women from the Himalayas?

They are simple rural village women who are usually the breadwinners and care givers of their families. They are ever smiling, graceful and strong women.

They are the same artisans who handcraft your products. Can you describe your process of production?

Yes. The kenels and seeds are gathered by them and dried in their village homes. The oils are cold pressed in a vat or distilled in a simple small unit in the NGO centre. They hand make and hand cut the soaps using locally gathered ingredients.

 

"THE HIGH ALTITUDINAL ECOLOGY AND ENVIRONMENT PRODUCES A PURER, MORE POTENT INGREDIENT AS COMPARED WITH THE SAME PLANT FOR INSTANCE IN THE PLAINS."

 

What made you decide to work in the Himalayas?

The pristine, untouched purity of the Himalayas and the amazing botanical plants and flowers we can work with.

The high altitudinal ecology and environment produces a purer, more potent ingredient as compared with the same plant for instance in the plains.

What are your favorite raw materials?

Himalayan wild Seabuckthorn berry for its miraculous effect on the skin. It contains the elusive Omega 7, an essential fatty acid vital for collagen production and soft clear skin.

The Himalayan Rosa Damascena essential oil for its precious perfume and wonderful benefits for mature ageing skin.

Why are Purearth products so unique?

We use wild harvested botanical plants, seeds and flowers that grow in the high altitude Himalayas. Our products are small batch and hand made making them unique.

How would you define the olfactive identity of the Himalayas?

Spiritual, pure and subtle. The Himalayas in Hindu mythology are home to the Gods.

Née en Inde et aujourd’hui basée à Hong Kong, Kavita Khosa est la fondatrice et directrice artistique de Purearth: une marque de cosmétiques et de bien-être s’inspirant des bienfaits de l’Ayurvéda et adaptée à un style de vie moderne. Ancienne avocate, passionnée par les droits des femmes elle réalise “Slave Brides” (les mariées esclaves), un documentaire télévisé primé sur l’exploitation des femmes indiennes à l’étranger.

Revendiquant un mode de vie holistique ce professeur de yoga et étudiante en philosophie Vedanta, a également établi à Hong Kong Sachananda Yoga Shala, une école de yoga à but non lucratif peu après avoir obtenu son diplôme en médecine ayurvédique en 2004.

 

Quelle fut votre première rencontre avec le parfum?

J’ai grandi dans une maison située près d’un temple et le parfum flottant de l’encens au bois de santal est mon premier souvenir olfactif.

Qu’est ce qui vous a donné envie de lancer Purearth?

Je souhaitais avoir un impact sur le changement social des femmes en Inde, les soutenir, leur offrir les moyens de subsister de manière autonome grâce au commerce équitable, et non pas la charité.

Décrivez Purearth en 3 mots:

Egale. Ecologique. Ethique.

Pouvez-vous nous en dire plus sur les communautés de femmes himalayennes avec lesquelles vous travaillez?

Modestes villageoises provenant des régions rurales, elles représentent généralement le principal soutien financier pour leur famille. Toujours souriantes, ce sont des femmes fortes et gracieuses.

 

"JE SOUHAITAIS AVOIR UN IMPACT SUR LE CHANGEMENT SOCIAL DES FEMMES EN INDE, LES SOUTENIR, LEUR OFFRIR LES MOYENS DE SUBSISTER DE MANIERE AUTONOME GRÂCE AU COMMERCE ÉQUITABLE."

 

Ce sont ces mêmes femmes qui fabriquent vos produits. Pouvez-vous décrire votre processus de production?

Oui, elles recueillent les graines et les noyaux aux alentours des villages puis les laissent sécher dans leurs maisons. Les huiles sont ensuite pressées à froid dans une cuve ou distillées dans une petite unité appartenant à l’ONG. Ce sont elles aussi qui fabriquent et découpent à la main tous nos savons.

Qu’est ce qui vous a décidé à travailler dans les régions de l’Himalaya indien?

La pureté intacte des montagnes de l’Himalaya ainsi que les variétés botaniques incroyables que nous pouvons utiliser.

La virginité de l’environnement dans les hautes altitudes produit des ingrédients plus purs, plus efficaces en comparaison à une même plante qui pousse dans les plaines.

Quels sont vos ingrédients favoris?

La baie d’argousier sauvage provenant de l’Himalaya pour ses effets miraculeux sur la peau. Elle contient de l’Omega 7, un acide gras essentiel vital pour la production de collagène qui donne une peau douce et claire. Et l’huile essentielle de rose Damascena Himalayenne pour son parfum précieux et ses merveilleuses propriétés contre le vieillissement des peaux matures.

Qu’est-ce qui rend les produits Purearth si uniques?

Nous utilisons exclusivement des plantes, des graines et des fleurs qui poussent dans les hautes altitudes de l’Himalaya. Tous nos produits sont fabriqués à la main et en petits lots, ce qui les rend véritablement uniques.

Comment définiriez-vous l’identité olfactive des régions himalayennes?

Spirituelle, pure et subtile. Dans la mythologie hindoue, l’Himalaya abrite les dieux.

Denanda Satria | Blue Stone Botanicals

 

Denanda Satria was born and raised in Jakarta. After studying finance and accounting and working for a few years in England, he came back to his native Indonesia and realized that the highest quality essential oils came from his archipelago.

Amazed by their roles in local traditions, some of which are more than 200 years old, he decided to create Blue Stone Botanicals, the first 100 percent natural brand inspired by the old botanical arts of Bali and Java.

Based in Ubud, in the center of Bali, Blue Stone Botanicals produces natural hand-prepared aromatherapy products by using the highest quality of Indonesian essential oils to promote health and wellbeing.

 

What was your first encounter with scent?

My first encounter with scent is surely a time beyond memory. But I do recall one of my first encounters with the natural aromas of essential oils. A good friend of mine gave me a bottle of what looked like cologne, but the scent was so delicate and refreshing. It turned out to be an essential oil blend. I was hooked immediately. I used it in the house, in the car, and carried a bottle with me everywhere. I found the scent so fresh and balancing. Then when I had a cold I was surprised when he told me to make a steam inhalation with it, and even more surprised when my cold quickly cleared up. That was my introduction to the power and beauty of essential oils.

Does your passion for essential oils influence your daily life?

Like others who have discovered the joys and benefits of aromatherapy, I find it almost impossible not to make plant essences part of my life. Their uses are so versatile you find they quickly become part of your everyday routine from morning bath time, to the car and office, and especially when you climb into bed at night. What a shame to let a day go by without benefitting from Nature’s real aromas.

You work with so many different artisans to create your products, all located in Indonesia, can you describe your creative process?

We always begin with what is needed and useful for everyday people in everyday life. We then get to work in our Botanical Studio here in Ubud (Bali), to design formulations for that specific purpose using the principles of traditional herbalism and modern aromatherapy. Our formulations are always designed to be safe, effective, and just as importantly, immensely enjoyable to use. We have three design criteria we always keep in mind: healthy indulgence, affordable luxury, and functional art. Only when our formulations meet these criteria are we ready to share them with our customers.

How do you source the premium quality essential oils used in your products? How do you support the local farmers?

We work with a network of personally selected distillers who excel at their art and are located directly in rural farming communities, so that there is a close link between the three of us – farmers, distillers, and formulators. Essential oils are often distilled from parts of the plants not used for other purposes, such as clove leaves, giving local farmers additional income streams without requiring extra plantings. Because the distillation of botanicals needs to be very precise to yield high quality oils, our distillation partners arrange collection of the plant parts at exactly the right time, making it very easy for the farmers to supply what is needed when it’s needed. In this way the three parties benefit and support one another. Making all of Blue Stone Botanicals’ personal care items with only pure and natural ingredients means that each item supports the livelihood of rural farm families rather than industrial chemical corporations.

 

"WE FEEL LIKE WE’RE GIVING PEOPLE A MEANINGFUL CHOICE, WHILE ALSO PRESERVING TIMELESS BOTANICAL WISDOM AS A LIVING TRADITION."

 

Describe Blue Stone Botanicals in 3 words:

Healthy People, Healthy Planet (Three words, but I had to use one of the words twice because it’s so important!).

Where does your inspiration come from?

Our work is inspired by the plant-based healing traditions of the island peoples of Bali and Java. Living amidst abundant, volcanic agricultural lands, lush tropical rainforests, and along ancient sea routes to the fabled Spice Islands, they have long used aromatic plants to heal and fortify body and mind. Building on this tradition of natural health and wellbeing, we’re also concerned by the limited options available for contemporary lifestyles. We believe people should have the freedom to choose natural over artificial and health over harm. By making available pure and natural personal care formulations designed to meet the needs of contemporary lifestyles, we feel like we’re giving people a meaningful choice, while also preserving timeless botanical wisdom as a living tradition.

What are your favorite raw materials?

I have a special affinity for clove and lavender. Lavender is something like the panacea of western aromatherapy. Clove holds a similar position in Indonesian herbalism because its health properties are so wide-ranging. When the two of them were combined in the 1800s, it was discovered that their synergy produces an entirely new scent, which became all the rage in Europe. East and West combined! Together, lavender and clove make for a potent fortifying tonic.

Why are Indonesian raw materials so unique?

Geography. The Indonesian islands are incredibly diverse, botanically and geographically, which means the botanicals produced here are also incredibly unique. People usually think of essential oils in terms of a single species of plant producing a uniform oil. This is incorrect. Essential oils should be thought of as the essence of whole ecosystems. The specific plant species do the work of concentrating the essence of these ecosystems in a particular place at a particular time, which we can then use for human health and wellbeing. For example, Patchouli essential oil from Sumatra island is soft, flowery, and delicate. Very different indeed from the heavy, animal-like scent more commonly known from Patchouli grown in India. Although the species is the same, the aromas are a world apart. Even within a single island there are stark differences based on geography. For example, the lemongrass essence from Eastern Java smells decidedly different than the lemongrass essence from Western Java. That’s why aromatherapy is an art that can never be entirely reduced to a science.

How would you define the olfactive identity of Indonesia?

Spicy. Indonesian flora is among the most diverse in the world, so there’s hardly a scent you can’t find somewhere in this vast archipelago. But if you ask about identity, it must be spicy. After all, Indonesia is home to the world’s original Spice Islands. There is a story that the islands were so plush with spice plants that when European merchants landed on the island shores they could instantly smell the aroma of clove and other spices. In fact, it was because the island inhabitants at the port smoked spices in their tobacco (which later became the famous Indonesian kretek cigarettes!) But in any case, the wide range of Indonesian spice aromas is definitely well represented in the essential oils produced on the islands.

Denanda Satria est né et grandi à Jakarta. Après des études de finance et de comptabilité, il travaille pendant quelques années en Angleterre avant de revenir en Indonésie, sa terre natale. Il réalise alors que les huiles essentielles de la plus haute qualité proviennent pour la plupart de son archipel.

Emerveillé par leurs rôles dans les coutumes locales, dont certaines datent de plus de 200 ans, il décide de créer Blue Stone Botanicals, la première marque indonésienne 100% naturelle inspirée par les arts botaniques traditionnels de Bali et de Java.

Basé à Ubud, dans le centre de Bali, Blue Stone Botanicals conçoit des produits d’aromathérapie, préparés à la main, qui utilisent les meilleures qualités d’huiles essentielles indonésiennes pour améliorer la santé et le bien-être.

 

Quelle fut votre première rencontre avec le parfum?

Ma toute première rencontre avec le parfum date sûrement d’un temps au-delà de ma mémoire. Mais je me rappelle de l’une de mes premières rencontres avec les arômes naturels des huiles essentielles. Un très bon ami me donna une bouteille de ce qui ressemblait à une eau de Cologne, l’odeur était délicate et rafraîchissante; il s’agissait en fait d’un mélange d’huiles essentielles. Je suis immédiatement devenu accro. Je l’ai utilisé dans ma maison, dans ma voiture, et j’emportais une bouteille partout avec moi. Je trouvais l’odeur si fraîche et rééquilibrante. Un jour, j’attrapas un rhume et fut surpris lorsque mon ami me conseilla de faire une inhalation de vapeur avec cette huile, mais ma plus grande surprise fut de voir que mon rhume s’était très rapidement éclairci. Ce fut véritablement mon introduction à la puissance et la beauté des huiles essentielles.

Comment votre passion pour les huiles essentielles influence votre vie quotidienne?

Comme beaucoup d’autres qui ont découvert les joies et les bienfaits de l’aromathérapie, les essences végétales font tout bonnement partie de ma vie. Leur utilisation est si polyvalente qu’elles prennent rapidement part à toute routine quotidienne: depuis le bain matinal, en passant par la voiture et le bureau, et surtout le soir au moment du coucher. Il est dommage de laisser passer un jour sans bénéficier de la beauté des arômes de la nature.

Vous travaillez avec de nombreux artisans pour l’élaboration de vos produits, tous situés en Indonésie, pouvez-vous décrire votre processus de création?

Nous commençons toujours par identifier ce qui est nécessaire et utile pour nos clients dans leur vie quotidienne. Nous poursuivons alors le travail dans notre studio, situé ici à Ubud, et commençons la conception des formulations afin de répondre à ce besoin au travers des principes de l’herboristerie traditionnelle et de l’aromathérapie moderne. Nos formulations sont conçues pour être fiables, efficaces, mais aussi extrêmement agréables à utiliser. Nous avons trois critères de conception que nous gardons toujours à l’esprit: des produits de qualité sains, abordables et fonctionnels. Et c’est uniquement lorsque nos formulations répondent à ces critères que nous sommes prêts à les partager avec nos clients.

Comment vous procurez-vous la qualité d’huiles essentielles utilisés dans vos produits? Comment soutenez-vous les agriculteurs locaux?

Nous travaillons avec un réseau de distillateurs spécifiquement sélectionnés qui excellent dans leur art, ils sont situés directement dans les communautés agricoles rurales afin de garantir un lien étroit aussi bien entre les agriculteurs et les distillateurs qu’avec les formulateurs. Les huiles essentielles proviennent souvent d’une partie de la plantes non utilisée, nous distillons par exemple les feuilles de clou de girofle plutôt que le fruit, afin d’offrir aux agriculteurs locaux des revenus additionnels sans pour autant exiger des plantations supplémentaires. Parce que la distillation des plantes doit être très précise pour obtenir des huiles de haute qualité, nos partenaires de distillation organisent la collecte des plantes exactement au bon moment, ce qui rend très facile pour les agriculteurs de fournir ce qui est nécessaire quand il est nécessaire. De cette façon, les trois parties tirent un bénéfice et se soutiennent mutuellement. Fabriquer l’intégralité de la gamme Blue Stone Botanicals uniquement avec des ingrédients purs et naturels signifie que chacun de nos produits soutiennent les familles agricoles rurales plutôt que les sociétés industrielles de produits chimiques.

 

"L’AROMATHÉRAPIE EST UN ART QUI NE PEUT ÊTRE ENTIÈREMENT RÉDUIT À UNE SCIENCE."

 

Décrivez Blue Stone Botanicals en 3 mots:

Des personnes en bonne santé, une planète en bonne santé (Healthy People, Healthy Planet) Trois mots, mais je me devais d’utiliser l’un des mots deux fois parce qu’il est important!

D’où provient votre inspiration?

Notre travail s’inspire des traditions médicinales à base de plantes des peuples insulaires de Bali et de Java. Vivant au milieu d’abondantes terres agricoles, de terres volcaniques, de forêts tropicales luxuriantes, et le long des anciennes routes maritimes conduisant vers les légendaires îles aux épices, le peuple indonésien a longtemps utilisé des plantes aromatiques pour guérir le corps et fortifier l’esprit. Fort de cette tradition de bien-être et de santé naturelle, nous sommes préoccupés par la limite des options disponibles adaptées aux modes de vie contemporains. Nous croyons que les gens devraient avoir la liberté de choisir le naturel sur l’artificiel. En proposant des produits de soins purs et organiques conçus pour répondre aux besoins des modes de vie contemporains, nous pensons offrir à nos clients l’option de faire le bon choix,  tout en préservant la médecine botanique comme une tradition vivante.

Quelles sont vos matières premières fétiches?

J’ai une affinité particulière avec le clou de girofle et la lavande. La lavande est en quelque sorte la panacée de l’aromathérapie occidentale. Le clou de girofle a un statut similaire dans l’herboristerie indonésienne, parce que ses propriétés sur la santé sont très vastes. Lorsque les deux d’entre eux ont été combinés dans les années 1800, on a découvert que leur synergie produisait un parfum entièrement nouveau, et qui est devenu très à la mode en Europe. L’Est et l’Ouest combinés! Ensemble, la lavande et le clou de girofle produisent un fortifiant tonique puissant.

Qu’est-ce qui fait selon vous l’unicité des matières premières indonésiennes?

La géographie. Les îles indonésiennes sont incroyablement variées, botaniquement et géographiquement parlant, ce qui signifie que les plantes produites ici sont véritablement uniques. Les gens pensent généralement aux huiles essentielles comme un liquide uniforme provenant d’une seule espèce de plante, mais c’est une erreur. Les huiles essentielles doivent être considérées comme l’essence des écosystèmes dans leur ensemble. Les espèces végétales  concentrent l’essence d’un écosystème à un endroit particulier et à un moment donné, que nous pouvons utiliser par la suite pour la santé et le bien-être. Par exemple, l’huile essentielle de patchouli de l’île de Sumatra est doux, fleuri et délicat. Très différent du parfum lourd et animal communément connu du patchouli cultivé en Inde. Bien que l’espèce est la même, les arômes sont eux très différents. Même au sein d’une même île, il y a des différences marquées en fonction de la géographie. Par exemple, le parfum de l’essence de citronnelle de Java Est est très différent de l’essence de citronnelle de Java Ouest. Voilà pourquoi l’aromathérapie est un art qui ne peut être entièrement réduit à une science.

Comment définiriez-vous l’identité olfactive de l’Indonésie?

Épicée. La flore indonésienne est parmi l’une des plus diversifiées au monde; il n’y a guère de parfum qu’on ne peut trouver sur ce vaste archipel. Mais pour ce qui est de l’identité, elle se doit d’être épicée. Après tout, l’Indonésie abrite les plus larges îles aux épices du monde. Il est une légende qui dit que ces îles étaient si riches en plantes à épices, que lorsque les marchands européens ont débarqué sur les rives, ils pouvaient instantanément sentir l’arôme épicé du clou de girofle. En fait, le parfum provenait des habitants de l’île qui attendaient au port en fumant des épices dans leur tabac (qui sont devenues plus tard les fameuses cigarettes kreteks!) En tout cas, la vaste gamme d’arômes des épices indonésiennes reste encore aujourd’hui bien représentée au travers des huiles essentielles produites sur les îles.